"

"

Retour

Poésie Numérique ou Art Algorithmique ?

Découvrez l’univers de Nathalie Erin, musicienne et coach vocale et Frédéric Durieu, artiste des nouveaux médias, designer d’interactivité depuis 1987.

D’où vous sont venus cette passion pour le numérique et ce goût pour l’interaction?

Frédéric Durieu : Auparavant, l’art numérique était totalement balbutiant, les ordinateurs étaient basiques. Apple a sorti les premiers ordinateurs sur lesquels on pouvait dessiner et coder ce que l'on dessinait. Ça m’a alors tout de suite interpellé, et j’ai commencé à écrire des programmes qui animaient des éléments pour en faire des œuvres d’art.

Nathalie Erin : Lorsque j’ai rencontré Frédéric, il m’a montré ce qu’il créait, et j’ai pensé que l’on pouvait aller encore plus loin avec certaines de ses créations. Nous avons alors décidé de construire un univers qui nous ressemble, une histoire, une "Invitation au voyage". J’ai décidé de l’aider à se servir de son art pour créer des installations, des tableaux, des expositions, et rendre ses œuvres d’art immortelles, ou presque.

F.D.: Quant à l’interaction, j’ai toujours créé mes jouets. Un jouet a forcément une dimension interactive, on joue avec. Quand je crée sur l’ordinateur, je joue avec, j’interagis avec.

Comment sont créées vos œuvres ?

N.E.: Toutes nos œuvres sont créées uniquement avec du code. C’est un logiciel que nous avons réalisé qui fait plus de 30 000 lignes de code, que l’on appelle Infinitive ; c’est la matrice de toutes
nos œuvres. Nos créations sont un mélange d’intelligence artificielle et d’astuces récoltées sur 35 ans de programmation. Avant de créer on ne sait pas vraiment ce que ça va donner, et nous sommes toujours très étonnés des résultats.

Quelles sont vos sources d’inspiration ?

N.E.: Nos sources d’inspiration sont principalement basées sur l’humain et la nature. Comme par exemple notre tableau "Ethnic Out of Lines", qui
est un portrait créé à partir d’un seul et même trait, l’objectif étant de montrer aux gens que l’on peut créer différents types de portraits d’un seul et même trait, pour dire que nous sommes tous identiques.

Parlez-nous de l’œuvre "Calamus"...

N.E.: Tout d’abord, "Calamus" fait partie d’une collection de tableaux représentant un ensemble de planètes. L’objectif est de montrer différents mondes, différents univers, de montrer aux gens l’environnement qui nous entoure.

F.D.: "Calamus" fait une planète de plumes avec quelques papillons. Il n’est pas rare que dans nos œuvres, on représente les choses à partir d’une multitude de petits éléments. Sur cette œuvre notamment, il y a des plumes que l’on a ramassées puis scannées en haute définition et détourées, également des papillons. Nous avons enregistré ces éléments dans une base de données que la matrice peut ensuite exploiter. Il faut savoir que le papillon est également la signature de notre matrice, il représente l’âme.

Pouvez-vous nous parler de la partie musicale de vos œuvres ?

N.E.: Concernant la partie musicale, comme je suis musicienne, il me paraissait évident d’avoir de la musique sur nos œuvres. Nous avons des amis, compositeurs de renom, qui nous cèdent les droits d’exploitation de nombreuses musiques que nous adaptons sur nos œuvres.

Une prochaine installation ?

N.E.: Nous avons un gros projet pour dénoncer le harcèlement subi par les femmes. C’est une instal- lation totalement immersive et interactive dans laquelle le public entre, et grâce à des projections, capteurs, micros, enceintes, on va créer une sorte
de simulation du harcèlement subi par les femmes. Tout n’est pas encore en place ; c’est encore en cours d’installation.

Retrouvez l'interview en intégralité :

Clause of the data collection form on the ROXIM website